Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Médiathèque Julien Gracq

Médiathèque Julien Gracq

Toute l'actualité de la médiathèque de Plélan-le-Grand en Ille-et-Vilaine

Jiro Taniguchi, in mémoriam

Né en 1947 dans une famille pauvre, le jeune Jiro Taniguchi passe son temps à lire sans envisager d'en faire un métier. L'impulsion lui est donnée par un ami qui le présente à un auteur de mangas en recherche d'assistant. C'est ainsi qu'à 22 ans, Taniguchi devient dessinateur sans l'avoir prémédité. Après vingt ans à s'essayer à tous les styles: érotique, aventure, policier, Taniguchi acquiert un début de notoriété avec le manga historique Au temps de Botchan, sur un scénario de Natsuo Sekikawa. Puis dans les années 90, il se découvre un domaine de prédilection : les histoires à hauteur d'homme, transformant des tranches de vie ordinaires en quête de soi, mélancoliques ou joyeuses, (le Gourmet solitaire, l'Orme du Caucase, Le Journal de mon Père) où se mêle parfois le fantastique (Quartier lointain). L'oeuvre de Taniguchi se distingue par la relation, voire la confrontation, de l'homme avec la nature (Le Sauveteur, le Sommet des Dieux) et par la représentation d'animaux, lesquels ont souvent  autant d'importance que les  êtres humains.

Jiro Taniguchi a également collaboré avec de nombreux scénaristes japonais et européens, tels que Miwako Ogihara, Jean Giraud, Jean-David Morvan.

Avec Ozamu Tesuka, qu'il admirait, Taniguchi est le mangaka le plus connu des lecteurs occidentaux. Il reçoit notamment la médaille de chevalier des Arts et des Lettres en 2011, alors que le Japon ne le découvre qu'en 2012 avec l'adaptation en série-télé du Gourmet solitaire.

Jiro Taniguchi est mort le 11 février dernier à 69 ans.

Les lecteurs peuvent découvrir ou relire certains des mangas  de Taniguchi à la médiathèque de Plélan.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article