Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Médiathèque Julien Gracq

Médiathèque Julien Gracq

Toute l'actualité de la médiathèque de Plélan-le-Grand en Ille-et-Vilaine

Chronique du confinement : figure absente de Jean-Paul Kauffmann

Etrangement moins cité dans les médias avides de références (ou de caution ?) littéraire à l'instar d'un Sylvain Tesson "l'ermite de Sibérie" , Jean-Paul Kauffmann   (né en 1944)  avait pourtant connu une triste célébrité   en faisant partie des "fameux" otages du Liban durant la guerre civile qui ravagea ce pays dans les années 80. Avec un tel C.V. l'homme aurait pu devenir le grand témoin, le consultant obligé  des plateaux télévisés. Mais  dès sa libération, cet ancien journaliste, amateur de cigares et de bons crus, a préféré repartir dans l'ombre grise de l'anonymat, loin de la scène parisienne pour voyager, et surtout commencer   une oeuvre d'écrivain  rare, exigeante située aux antipodes  de la surexposition de son histoire personnelle.

Privé presque durant  3 ans  de liberté , ce n'est pas sans par hasard si son premier récit de voyage "l'Arche des Kerguelen" (1992) échappe  à toute référence  au Liban et aux terribles épreuves subies en tant qu'otage. Toutefois, tout le long des récits  nourris par ces pérégrinations :"La chambre noire de Longwood", l'île de Sainte-Hélène et son illustre prisonnier, la maison du  retour " une résidence familiale perdue au milieu les pins," Courlande "une terre enclavée, de châteaux  abandonnés par leurs anciens propriétaires ou  "Outre-Terre " la visite d'un champs de bataille -Eylau- et l'évocation d' un mort-vivant, le colonel Chabert imaginé par Balzac, , nous découvrons que chacun des ces ouvrages   porte  en lui une parcelle auto-biographique de l'auteur. C'est comme si cette fragmentation d'un passé douloureux dispersée dans ces livres était ainsi une façon plus supportable de vivre pour J.-P. Kauffmann cette histoire mise ainsi en morceaux. Même des titres   comme "la lutte avec L'Ange" ou" Remonter la Marne" sont une façon de fuir  en enquêtant sur un tableau de Delacroix , en marchant  le long d'une rivière pour découvrir  le mystère des origines (d'un pays, de ses identités multiples ) et  gagner, qui sait, un paradis  (qui sera à nouveau perdu pour un simple fruit cueilli sans permission).

Cette oeuvre riche, discrète  d'un homme en quête de sens (parce qu'un temps privé de liberté ?)   nous invitons chaleureusement nos lecteurs et lectrices de ces temps d'immobilité contrainte, à aller venir la découvrir ou à redécouvrir dans les bibliothèques de réseaux , Paimpont, Plélan, Treffendel, et Saint-Thurial.

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article